Apurement de la dette intérieure : le ministre en charge du budget échange avec les hommes d’affaires franco-burkinabè

C’est autour de  la problématique de l’apurement  de la dette intérieure, que le ministre en charge du budget a animé un diner-débat, organisé par le club des hommes d’affaires franco-burkinabè le jeudi 15 mars à Ouagadougou. Une rencontre au cours de laquelle, les responsables  français et burkinabè ont tous exprimé leurs préoccupations  sur ce sujet.

Les échanges en cette soirée du 15 mars avec le ministre en charge du budget, ont porté sur la « loi des finances 2018 et problématique de la dette intérieure« . C’est donc autour de ce thème que Edith Clémence Yaka et ses plus proches collaborateurs ont expliqué les enjeux de cette problématique à ces responsables d’importantes entreprises françaises et burkinabè. Un sujet qui intéresse en premier lieu ces membres du club des hommes d’affaires franco-burkinabè. Et pour preuve, plusieurs préoccupations ont été exprimées par ces derniers. Dettes intérieure, question de la TVA et bien d’autres interrogations relatives au sujet du jour ont été soulevées par ces business men. Edith Clémence Yaka a pu exposer la situation de la dette intérieure des deux dernières années. Si des difficultés existent quant à l’apurement de cette dette, cela s’explique par le calendrier budgétaire, le retard dans l’exécution des marchés mais aussi le non-respect des procédures de dépense publique, dit-elle. le ministère de l’économie et des finances n’est pas resté sous silence. C’est ainsi qu’un audit réalisé par l’ASCE a permis d’avoir une idée du stock de dette. Des dettes évaluées à 75 milliards de F CFA. « Nous avons pu exposer à tous l’effort qui a été fait par le gouvernement en 2016 et en 2017 pour l’apurement de la dette vis-à-vis de ces sociétés et entreprise au niveau privé. Et c’est la dette qui a été audités par l’ASCE et la dette régulière et irrégulière, elle a été apurée au cours des deux années précédentes. La dette régulière concerne les prestations d’entreprises ayant respecté les procédures et celle dites*  irrégulière regroupe les prestations d’entreprises qui ont manqué de suivre ou de respecter les démarches réglementaires », explique Madame Edith Clémence Yaka, ministre en charge du budget.

Des explications attentivement suivies par les participants. Des hommes d’affaires qui se disent édifiés par les éléments de réponses apportés par l’équipe ministérielle. « Je suis épaté, et je remercie la ministre des finances qui a permis à la ministre déléguée du budget et à l’ensemble de son équipe de venir partager avec nous, ce soir aussi bien les questions de la part de nos membres qui étaient concises, précises et incessantes et aussi bien les réponses apportées par madame le ministre et ses équipes, étaient d’une précision absolue, a souligné Philipe Prudent, le tout nouveau président du Club des hommes d’affaires Franco-Burkinabè.

Beaucoup de montants restent à recouvrer ainsi que des chèques impayés. Madame le ministre a donc saisi l’occasion pour demander l’accompagnement des hommes d’affaires pour l’apurement de ces dettes.

En rappel, la dette intérieure représente la dette contractée par l’Etat, les collectivités territoriales, les sociétés d’Etat auprès d’agents économiques résidents.

Le club des hommes d’affaire franco burkinabè réunit des responsables d’entreprises burkinabè et français œuvrant dans divers domaines. Au cours de cette cérémonie, un nouveau membre a intégré le club. Il s’agit du groupe AG Partner. A cette cérémonie également, une minute de silence a été observée en mémoire des victimes des attentats du 2 mars dernier à Ouagadougou.

 

Alfred Sié KAM/Rédaction QNA