Développement économique de la ville de Ouagadougou : Les hommes d’affaires franco-burkinabè veulent mettre la main à la patte

Le club des hommes d’affaire franco-burkinabè (CHAFB) veut apporter sa touche pour le développement économique de la ville de Ouagadougou. Les membres de ce club, comme à leur habitude ont animé un diner-débat le jeudi 3 mai 2018 à Ouagadougou autour du thème « Le développement économique de la ville de Ouagadougou : quel rôle pour le secteur privé ?». Principaux conférenciers, le maire Armand Béoindé et le Représentant de la Banque africaine de développement (BAD).

« Le développement économique de la ville de Ouagadougou : quel rôle pour le secteur privé », c’est le thème débattu par les hommes d’affaire franco-burkinabè autour d’un diner le jeudi dernier à Ouagadougou. Les échanges avaient pour but d’informer les opérateurs privés sur les potentialités dans la capitale burkinabè.

Deux communications étaient au cœur de la rencontre. La mairie centrale de Ouagadougou est venue parler des opportunités et des potentialités offertes par la ville capitale aux hommes d’affaire. Selon le Maire Armand Béoindé, faire de Ouagadougou une ville attractive, une ville où les investissements sont sécurisés, est une des préoccupations majeures de la mairie centrale « La commune a un potentiel énorme. C’est le premier territoire économique du Burkina Faso. Nous avons donc saisi cette opportunité pour montrer les grands projets structurants et les projets annexes qui peuvent intéresser ses hommes d’affaire. C’était une très belle tribune pour défendre l’attractivité économique de notre ville », a signifié Monsieur le maire.

Difficultés urbaine, sécurité urbaine, modernisation de la gouvernance, rayonnement diplomatique sont entre autres les priorités de son département, explique Armand Béoindé. Et pour convaincre davantage ces hommes d’affaire, il n’a pas manqué de signaler la réalisation d’un certain nombre de projets en cours. Il a cité par exemple, le projet d’extension de la ville, la construction du canal du Mogho Naaba, l’aménagement des zones inondables. Pour finir, il a invité les hommes d’affaire à saisir toutes les opportunités qui leur sont offerte pour le développement économique de la capitale burkinabè.

La seconde communication, donnée par le représentant résidant de la banque africaine de développement, s’est porté sur le partenariat entre la commune de Ouagadougou et cette institution financière. Selon Pascal Yembiline, la BAD accorde beaucoup d’importance au développemen

t urbain. Son institution s’est résolument engagée dans la mise en place d’une stratégie de développement des villes africaines en générale, a-t-il signalé.

Pour le Président du Club, c’est une satisfaction totale que de discuter des questions liées au développement de la capitale burkinabè des affaires. « Le maire a parlé de plusieurs catégories de projets qui sont prioritaires dans son programme. Je pense que parmi nos membres, nous avons des gens qui œuvrent dans ce domaine-là et je ne serai pas surpris que certains soient actifs sur certains de ces projets-là qui sont dans la liste des projets de la ville de Ouagadougou », a lancé Philippe Prudent.

Cette soirée a également été l’occasion pour les membres du CHAFB de copter 3 nouveaux membres au sein du bureau.

 

Alfred Sié KAM/Rédaction QNA