Les Hommes d’affaires échangent avec le Ministre Stéphane Sanou

Faire du Burkina Faso une opportunité des affaires, le club des hommes d’affaires franco burkinabè (CHAFB) en fait son cheval de batail. C’est autour d’un diner-débat, organisé le 21 décembre dernier, qu’il a échangé avec le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat sous le thème: « climat des affaires au Burkina Faso: acquis, défis et perspectives ».  

Le Ministre Stéphane Sanou.

Les échanges en cette soirée du 21 décembre avec le Ministre Stéphane Sanou ont porté sur la place du Burkina dans le business. Ce dernier diner-débat de l’année 2017 du club des hommes d’affaires franco-burkinabè a été une opportunité pour le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat de placer sa communication sous le thème « climat des affaires au Burkina Faso: acquis, Défis et perspectives« , laquelle communication qui se voulait une rétrospective des réformes engagées par le gouvernement pour améliorer le climat des affaires au Burkina Faso. La dernière en date est cette disposition prise en conseil des ministres le 7 décembre dernier.  « On a mis en place un cadre institutionnel qui va contribuer à la réussite de notre classement ainsi que tout ce que nous ferons. Un comité de pilotage est déjà mis en place pour prendre à bras le corps cette question« , a indiqué Stéphane Sanou. Pour lui, le milieu des affaires au Burkina Faso se porte bien: » « Le milieu des affaires au Burkina Faso se porte bien, la preuve est que nous sommes actuellement avec le club des hommes d’affaires franco-burkinabè, qui voulait s’enquérir des informations sur notre classement au niveau du doing business de la Banque mondiale. On est venu donc leur parler de ses acquis, les défis et les perspectivces », s’est-il justifié.

Quant à la question du climat sécuritaire du pays, Stéphane Sanou se veut rassurant, « Aujourd’hui le pays est sur la bonne voie en ce qui concerne la sécurité des hommes d’affaire de même que l’environnement qui sied ».

L’ambition du gouvernement burkinabè à travers le référentiel national qu’est le PNDES est de se retrouver à la 130ème  place du doing business d’ici à 2020. C’est pourquoi le ministre Stéphane Sanou pense qu’il ne faut pas baisser la garde, « nous allons encore améliorer à travers un certain nombre de mesures pour améliorer notre rang », a-t-il dit.

Le Président du CHAFB.

Les Hommes d’affaires, quant à eux apprécient l’exposé livré par Stéphane Sanou à sa juste valeur. Selon le Président du CHAFB, la communication du ministre se veut rassurant, mais il faut toutefois rester vigilant, « nos attentes consistaient à mieux comprendre les différentes reformes mais aussi de nous promettre de les poursuivre en demandant à ce que les  uns et les autres qui sont dans les affaires puissent vraiment participer à cette forme d’action qui va permettre d’améliorer le climat des affaires au Burkina Faso ».

Réunis au sein du club des hommes d’affaire franco-burkinabè, en 25 ans, les hommes d’affaires des deux pays mènent des actions au quotidien pour une cohésion entre les entreprises burkinabè et française.

Alfred Sié KAM/Rédaction QNA